Labyrinthe
spectacle-déambulation
| création Théâtre NoNo

PDF  videos anglais 

texte marion coutris | mise en scène serge noyelle | musique marco quesada | scénographie stéphanie vareillaud
Créé en 2009 à Marseille, le Labyrinthe a été joué aux Pays-Bas (Oerol Festival, Terschelling) et repris en juin 2010 à Pékin (798) avec une équipe franco-chinoise.
avec francisco alfonsin, louis badie,
 jean boissery, richard campana,
 estelle chabretou, marion coutris, hwa park-dupré, mélina faka, julien goetz, caspar hummel, franck libert, gregori miege, damien nacfer, manel pons, patrice pujol, aurélie vaneck, noël vergès

Ici, plus de scène, plus de salle : le théâtre est devenu Labyrinthe. Y pénétrant, le spectateur, qui choisira son chemin, son rythme, sa solitude ou bien sa compagnie, va se perdre à l'intérieur d'un monde sans repères distincts, clair-obscur, et marcher à son gré, découvrant une à une des figures qui l'inviteront à l'errance, troubleront sa perception du réel, évoqueront des questionnements nocturnes. Le temps suspend son cours. Comme dans un conte né d'un songe chaotique, la quête de l'Unité impose une errance, des rencontres, des détours. La Parole Perdue, celle qui procèderait d'un état primitif de l'humanité, est le sens voilé de ce voyage au cœur du Dédale. Pourtant celui-ci diffère en substance de l'antique antre de Minotaure : ce n'est pas l'irréductible principe masculin qui en habite le centre, mais une Sphinge. Issues d'un monde onirique, les figures que rencontreront les spectateurs seront incarnées par des acteurs de 9 nationalités différentes. Le visuel, dessiné comme une peinture, le chant des voix, le geste se fondent dans une même attente énigmatique où le regret, le désir et l'inconscient tricotent le tissu de nos rêves et de nos incertitudes. Celui qui sort du Labyrinthe regarde celui qui s'apprête à y rentrer avec des yeux qui, ayant vu, veulent regarder encore.